Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Actualité

Trois membres du Gouvernement convoquées pour repondre conjointement aux questions des Honorables Députés

Publié lundi 21 mars 2011
parChristine Nahimana
:

Trois membres du Gouvernement concernés par l’entrée effective du Burundi à l’East African Community, à savoir la Ministre à la Présidence chargée des Affaires de la Communauté Est-Africaine, celle en charge des Finances et la Ministre du Commerce, de l’Industrie, des Postes et du Tourisme, ont répondu à la séance du 18 mars 2011 réservées aux questions orales des Honorables Députés.

Les avantages résultants de l’adhésion du Burundi au sein de la Communauté Est- Africaine depuis 2007 étaient à l’ordre du jour et le Gouvernement du Burundi entend continuer à travailler dans le cadre de l’aboutissement des quatre piliers que s’est fixés l’East African Community que sont : l’union douanière, le marché commun, l’union monétaire et la fédération politique.

Plusieurs raisons ont milité en faveur de l’adhésion du pays dans cette organisation pour en tirer des avantages. C’est ainsi que Madame Hafsa Mossi, la Ministre à la Présidence chargée des Affaires de la Communauté Est-Africaine, s’est exprimée devant les députés lors des questions orales adressées aux membres du Gouvernement.

Elle était avec Madame Victoire Ndikumana, la Ministre du Commerce, de l’Industrie, Postes et Tourisme (sur la photo à gauche) et Mme Clotilde Nizigama, la Ministre des Finances (sur la photo au milieu).

Ces questions posées par les Honorables Députés étaient en rapport avec :

- les avantages que tirent le Burundi de son adhésion dans la Communauté Est Africaine ;

- les problèmes liés à la montée des prix dès l’avènement de l’OBR qui, selon les commerçants, aurait revu à la hausse les taxes ;

- les problèmes liés au fonctionnement de l’OBR ; l

- es exportations du Burundi vers les pays de la Communauté ;

- le sort des anciens travailleurs qui n’ont pas été retenus par l’OBR etc.

Dans le domaine de l’emploi, des Burundais ont eu des postes de responsabilités dans cette Communauté qui n’auraient pas été occupées par ceux-ci n’eût été l’adhésion de leur pays dans cette organisation. Douze Burundais en effet occupent des postes de haut rang dans cette Organisation, neufs parlementaires siègent dans l’Assemblée Législative de la Communauté de l’Afrique de l’Est et deux fonctionnaires font partie du staff de cette Assemblée Législative de l’EAC.

Dans le domaine commercial, il a fallu que le Burundi adhère dans la Communauté pour faciliter l’acheminement des marchandises et lutter contre l’enclavement géographique du pays. De plus avec les lois sur l’Union douanière, des produits originaires de la communauté ne paient pas des taxes ; aussi, les matières premières et les biens d’équipement ne paient pas des taxes. Les camions de 20 tonnes et plus ne paient pas de taxes pour l’année fiscale de 2010 qui commence au mois de juillet et se termine au mois de juin 2011. Il ya eu aussi des facilités pour les investisseurs.

Pour le transport des personnes, les frais de visas d’entrée ont été supprimés. Le corridor Nord via Mombassa sera réhabilité pour que les camions de transport de marchandises qui empruntent ce corridor puissent augmenter leur tonnage passant de 48 tonnes à 56 et les ports de Kigoma et de Bujumbura seront étendus pour qu’ils puissent recevoir des bateaux en eau profonde et de ce fait, faciliter l’acheminement des marchandises.

La Ministre des Finances, Madame Clotilde Nizigama a, au cours de son intervention, expliqué que les fonctionnaires du Ministère des Finances qui n’ont pas été retenus par l’Office Burundais des Recettes comprennent la catégorie des sous-contrats qui ont vu leurs contrats résiliés conformément à la loi, l’autre catégorie concerne les fonctionnaires qui ont préféré se rendre en retraite anticipée. La deuxième catégorie, celle des sous-statuts, a été mise à la disposition de la fonction publique. Quant à la prise en compte des équilibres ethniques au lieu de la méritocratie alors que ce ne sont pas des postes politiques dans les recrutements des fonctionnaires de l’OBR, Madame Clotilde Nizigama a répondu que ce critère a été pris en compte lorsque les points obtenus lors des tests de sélection les points obtenus étaient serrés. Dans ce cas pour préserver l’équilibre ethnique dans les services publics le critère ethnique a été pris en compte. Par ailleurs, le Sénat dans ses missions exerce des contrôles dans les services publics pour se rendre compte si cet équilibre est respecté.

En ce qui concerne les taxes qui auraient été revues à la hausse avec l’avènement de l’OBR, Madame Clotilde Nizigama a fait un démenti formel à cela, affirmant que ceux qui font circuler cette fausse information sont ceux qui ne payaient pas ces taxes comme prévu par la loi auparavant. De plus, elle dit que les taxes sont du domaine des finances et sont par conséquent fixées par une loi qui passe pour analyse et adoption au Parlement comme c’est mentionné noir sur blanc dans la loi fondamentale du Burundi.

En vue de faciliter les affaires pour les petits commerçants, notamment les mamans commerçantes qui importent certains produits de la RDC, il a été convenu que les services de l’OBR vont voir comment afficher le montant des taxes à payer pour chaque genre de produit importé. Pour réduire les remous des commerçants concernant les mesures prises par l’OBR, des cadres d’explication de ces mesures vont être renforcés.

Concernant la question en rapport avec les produits exportés vers les pays de la Communauté de l’Afrique de l’Est, la Ministre du Commerce, de l’Industrie, des Postes et du Tourisme a fait savoir que la grande majorité des recettes en devises sont constitués par le Café, le Thé et le Coton. Malheureusement, ces produits sont exportés vers les pays extérieurs de la Communauté. Les exportations vers les pays membres de l’EAC sont constituées essentiellement par les produits Brarudi, l’huile de palme, les produits cosmétiques, les savons de lessive et de toilette, l’eau, les planches et les peaux. Madame Victoire Ndikumana a rassuré les honorables députés que ces produits sont bien appréciés par les consommateurs. Ces produits exportés ont une valeur de 13.801.971 $ avec un tonnage de 4430t.

Concernant le carburant qui ne passe pas par le lac Tanganyika alors que c’est le corridor le moins cher, Madame Victoire Ndikumana a dit que cela est dû à une pénurie de wagons pouvant transporter le carburant par le biais des trains jusqu’à Kigoma puis en bateau via le lac Tanganyika. En raison de ces pénuries répétitives des wagons sur le port de Dar-Es-Salaam, le carburant est transporté par ces camions remorques par la voie terrestre.

Noto,ns que ces questions orales ont été rédigées après que les membres de la commission de la Bonne Gouvernance et de la Privatisation présidée par l’Honorable Bénigne Rurahinda aient effectuée des descentes sur terrain en dates des 08 au 09 novembres 2010 sur les postes frontaliers de Gasenyi (Kirundo), Kobero(Muyinga), Ruhwa(Cibitoke), Rumonge(Bururi), Kanyaru-haut (Ngozi).

Egide KWIZERA

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |