Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Actualité

Une délégation de l’Assemblée fédérale d’Allemagne a été reçue en audience accordée par l’Honorable Président de l’Assemblée nationale

Publié jeudi 14 octobre 2010
:

Alors en visite de travail au Burundi du 10 au 14 octobre 2010, une délégation de l’Assemblée Fédérale d’Allemagne, le Bundestag, a été reçue en audience par le Président de l’Assemblée Nationale du Burundi, l’Honorable Pie Ntavyohanyuma.

L’Honorable Président de l’Assemblée Nationale a reconnu que la République fédérale d’Allemagne et le Burundi entretiennent des relations de coopération historiques et pour preuve, plusieurs mots d’origine allemande sont encore utilisés dans la langue burundaise du fait de la présence allemande légendaire au Burundi. L’Honorable Pie Ntavyohanyuma a relevé avec satisfaction les domaines dans lesquels l’Allemagne intervient en faveur du Burundi. C’est le cas notamment dans le domaine de la santé comme l’appui de l’hôpital de Kayanza depuis l’an 1983, dans le domaine de l’eau potable, dans le domaine de la Police Nationale et plus récemment dans l’appui du processus électoral. Pour toutes ces raisons, l’Honorable Président de l’Assemblée Nationale, haut lieu de représentation du peuple, a réitéré ses remerciements à l’endroit du peuple allemand pour cette solidarité soutenue.

Le chef de la délégation de l’Assemblée fédérale d’Allemagne, l’Honorable Sabine Zimmermann a à son tour remercié l’Honorable Président de l’Assemblée Nationale pour sa disponibilité et d’avoir rendu possible la mission. Elle a fait savoir que la délégation en question est l’un des 54 groupes de députés qui s’occupe spécialement des questions de l’Afrique de l’Est au sein du de l’Assemblée fédérale d’Allemagne. L’objectif principal de cette visite était donc de faire connaissance du Burundi, connaître la situation du pays pour mieux l’aider à impulser son développement, notamment à travers des lobbyings auprès du gouvernement allemand.

Le chef de la délégation a, au nom de ses collègues, voulu savoir comment les dernières élections générales se sont passées. L’Honorable Président de l’Assemblée Nationale a informé ses hôtes qui s’occupent de l’Afrique de l’Est que dans l’ensemble, toutes les élections (communales, présidentielles, législatives, sénatoriales et collinaires) se sont très bien passées au Burundi. Il y avait avant des incertitudes de la part de la population, les hommes politiques et les partenaires : il fallait mettre en place la Commission Electorale Nationale Indépendante et les textes régissant son fonctionnement, voter le Code électoral et la loi communale. Mais petit à petit, grâce à l’appui des amis du Burundi comme l’Allemagne, le dialogue entre les différents partenaires politiques a permis d’aboutir à un consensus sur la CENI et sur le Code électoral et malgré les difficultés, tous les partis se sont ralliés au texte final à l’unanimité sauf le parti CNDD. Il s’agissait là d’une réussite et un succès partagés entre les Burundais et la communauté internationale. Après la mise en place de ce Code, tous les partis se sont ainsi engagés dans le processus électoral sous la supervision de la CENI selon un calendrier accepté par tous. Au départ, le Parti CNDD-FDD au pouvoir avait souhaité de commencer par les élections présidentielles et les partis qui se disaient de l’opposition ont proposé de commencer par les communales, ce qui fut également accepté.

Du fait que c’était pour la première fois dans l’histoire du Burundi qu’une législature termine son mandat, l’on avait au niveau de l’Assemblée Nationale et la plupart des formations politiques conscience d’une grande responsabilité pour ne pas rater le processus électoral au risque de verser dans une crise institutionnelle bis. Une autre bonne chose avant les élections était que le dernier mouvement rebelle avait déjà rejoint les institutions étatiques en tant que parti politique à part entière, d’où la ferme volonté de réussir le déroulement du processus électoral.

En allant dans les élections, l’Honorable Président de l’Assemblée Nationale a regretté que le Burundi était piégé par les illusions démesurées de certains hommes politiques qui croyaient mordicus à la victoire de leurs partis respectifs. Heureusement qu’il y a eu beaucoup d’observateurs tant nationaux (société civile, les églises, la synergie des médias) qu’internationaux, notamment les observateurs de l’Union Européenne. Au cours de ces élections, les Burundais sont restés confiants et finalement les élections se sont bien passées dans le pays, a réaffirmé l’Honorable Pie Ntavyohanyuma qui réfute les allégations selon lesquelles il y aurait eu des fraudes massives ayant entaché ces élections. Connaissant la carte politique du Burundi, l’on peut se rendre à l’évidence de la réalité des différents scrutins. Sur base de la Constitution et le Code électoral du Burundi, les partis politiques qui se sont ainsi retirés du processus électoral l’ont opéré contre toute logique politique : pour pouvoir fonctionner à l’Assemblée Nationale, les partis en question disposaient d’une minorité de blocage suffisante ( plus de 30%) et ainsi continuer à peser sur la scène politique et donner une dynamique à la jeune démocratie burundaise.

En somme, il ne s’est donc pas agi d’un hold-up électoral au Burundi comme certains ont malheureusement tendance de le faire croire, a rassuré l’Honorable Président de l’Assemblée Nationale : le Parlement actuel est donc un parlement démocratique qui remplit toutes les normes. Mais comme la situation se présente comme telle, les leaders burundais doivent faire montre de grande responsabilité pour rassurer les uns et les autres, a reconnu l’Honorable Pie Ntavyohanyuma. Il a fait savoir que la diversité est réelle au niveau de l’Assemblée Nationale et reste convaincu que tous les députés de la présente Législature pourront s’entendre sur les défis majeurs de la société burundaise comme la promotion du développement, la lutte contre la corruption ou le renforcement de la sécurité.

En clair, l’Honorable Président de l’Assemblée Nationale s’est montré plus rassurant envers ses interlocuteurs que le pouvoir en place fera tout le possible pour laisser la diversité s’exprimer à l’intérieur et en dehors de l’Assemblée Nationale.

Tharcisse Manirakiza

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |