Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Missions à l’étranger

La délégation Burundaise participe au sommet mondial sur la paix ,la sécurité et le développement humain édition 2019

Publié samedi 9 février 2019
parNikiza Providence
:

Le vendredi 8 février 2019, la délégation du Parlement Burundais conduite par le Très Honorable Pascal NYABENDA Président de l’Assemblée Nationale a participé aux cérémonies d’ouverture du sommet mondial de 2019 sur la paix, la sécurité et le développement humain organisé à Séoul en République de Corée du Sud.

JPEG - 122.9 ko
Vue partielle de la délégation Burundaise pendant le sommet mondial sur la paix,la sécurité et le développement humain

Les membres de ladite délégation sont des adhérents à l’Association Internationale des Parlementaires pour la paix. Ce sommet a été organisé sous le thème : "Résoudre les critiques changements de notre temps par l’interdépendance, la prospérité mutuelle et les valeurs universelles". Cela montre qu’il y a l’urgence dans l’établissement de la responsabilité et de la bonne gouvernance afin de vivre un monde de paix et d’harmonie pour les populations de différentes ethnies, croyances et idéologies.

Les participants à ce sommet proviennent de cent vingt pays du monde regroupant les anciens chefs d’Etat et gouvernement, les responsables des confessions religieuses, les membres de la société civile et d’autres secteurs privés. Ainsi, signalons que l’objectif de la Fédération pour la Paix Universelle est d’établir un monde de paix, d’entraide mutuelle et le respect des valeurs universelles comme l’a indiqué Mme Dr.Hak Ja Han Moon, la fondatrice de la fédération.

Elle a interpellé les participants au sommet d’être les pionniers de la paix. Poursuivant son allocution, Mme Moon a rappelé que beaucoup de défis pouvant troubler la paix sont enregistrés dans le monde entier donc, au niveau des pays en voie de développement qu’au niveau des grandes puissances. Ces défis sont entre autres le terrorisme, l’injustice, la pauvreté, les migrations, pour ne citer que cela.

JPEG - 103.1 ko
La fondatrice de la Fédération pour la Paix Universelle s’exprimant devant l’Assemblée

C’est pour cela a conclu Mme la fondatrice de la fédération, tout le monde a le devoir de faire de son mieux pour résoudre ces problèmes afin de vivre dans la prospérité et le respect des valeurs universelles. En marge de ce sommet sur la paix, la sécurité et le développement humain, il y a eu remise des prix aux deux Africains ayant fourni leurs efforts pour établir la paix à travers le développement agricole et la lutte contre les mutilations génitales féminines. C’étaient respectivement d’origine Nigerienne et Sommalienne .Le Nigérien,M. Akinwumi Adesina, qui est le docteur en agroéconomie a initié dans son pays natal et dans plus de 30 pays Africains, la politique d’innovation dans le domaine agricole dans le contexte de lutter contre la faim. S’exprimant devant le public,Dr Akinwumi agro-économiste a confié qu’il a fourni des efforts pour assurer la sécurité alimentaire. Et de révéler que la faim ternit le cerveau avant de signifier que personne n’est capable de faire quelque chose quand il a faim. Pour ce faire, a –t-il renchéri, il faut donc de la force pour travailler.

JPEG - 124.6 ko
Vue de Profil des participants

C’est ainsi que les gouvernements sont appelés à mettre en place des politiques de productivités afin d’assurer le vrai développement. Primée en second lieu, la Somalienne Mme Waris Dirie qui a été la première ambassadrice aux États-Unis pour avoir éliminé les mutilations génitales féminines par voie de création de la fondation de lutte contre ce genre de criminalité. Grace à elle l’Assemblée générale des Nations-Unies a adopté des résolutions visant à bannir cet état de faits depuis l’an 2012 jusqu’à 2030.Prenant la parole, Mme Waris Doris qui a fait tout son possible pour lutter contre les mutilations génitales féminines a rappelle que la paix est la base de tout.

Pour elle, la paix engendre l’harmonie, le respect mutuel, la prospérité. Ainsi, ajoute-t-elle, il faut aimer le monde, la nature, les enfants, les femmes, les hommes sans discrimination aucune. Pourquoi la présence des guerres sanglantes dans le monde ? S’interroge Mme Waris. Cette dernière a affirmé qu’il faut que les gens s’aiment les uns les autres dans leur diversité pour établir la paix et la sécurité dans la totalité.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |