Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Missions à l’étranger

Retour du Premier Vice-Président de l’Assemblée Nationale d’une mission de travail en Roumanie.

Publié jeudi 28 mars 2019
parChristine Nahimana
:

L’Union Européenne affirme être disponible pour dialoguer avec le Gouvernement du Burundi pour la normalisation de la coopération, s’est réjoui vendredi 22 mars 2019 le Deuxième Vice-Président de l’Assemblée Nationale à sa descente d’avion. L’Honorable Agathon RWASA rentrait en effet d’une mission de travail en Roumanie. Il était à la tête de la délégation Burundaise qui a participé à la 37ème Session de l’Assemblée Parlementaire Paritaire ACP-UE. A côté de ce succès à l’actif de cette délégation, le Deuxième Vice-Président de l’Assemblée Nationale s’est dit satisfait des opportunités de coopération avec la Roumanie que le Burundi pourrait exploiter dans l’avenir, notamment en matière de formation et recherche pour le développement.

JPEG - 48.8 ko
L’Honorable Agathon RWASA s’entretient avec les Députés et les Cadres de l’Assemblée Nationale.

En marge de cette Session, des résolutions sont sorties à propos de certains thèmes dont « les défis et les enjeux de l’état de droit dans l’union européenne et dans les pays ACP » ; « les possibilités apportées par les énergies renouvelables dans le développement économique durable des pays ACP, en particulier dans les régions reculées » ; « la réduction du nombre total d’enfants, d’adolescents et de jeunes adultes non scolarisés dans les pays ACP » ; « les crimes environnementaux » et « la dimension et la signification stratégiques du partenariat ACP-UE ».

JPEG - 41 ko
Le Premier Vice-Président de l’Assemblée Nationale serre la main d’un Député.

Ce dernier thème a animé les débats si on en croit les propos du Deuxième Vice-Président de l’Assemblée Nationale. L’Accord de Cotonou, qui expire en 2020, aura produit des résultats mitigés au sein des pays ACP, contrairement à l’Union Européenne. L’équipe ACP s’interroge si elle ne profiterait pas du partenariat post-Cotonou. Les parlements de l’ACP ne sont pas suffisamment informés dans leur pays respectif, l’information circule au niveau de l’Exécutif ; se sont encore plaints les participants qui ont aussi dénoncé la malignité de l’Union Européenne à plusieurs égards. Alors que l’équipe ACP aspire à négocier en bloc, en voilà l’Union Européenne qui mène des contacts dans chacun des trois groupes séparés. Par ailleurs, les résolutions ont abouti de justesse. Certes le quorum était chaque fois atteint mais l’absence de l’Union Européenne était remarquable.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |