Imprimer cette page

Assemblée Nationale du Burundi

Analyse et adoption du Projet de loi portant Ratification par la République du Burundi de l’Accord de Don N˚2000001940 pour le Financement du Projet d’Appui d’Inclusion Financière Agricole et Rurale du Burundi (PAIFAR-B) entre la République du Burundi et le Fonds International de Développement Agricole (FIDA), signé à Rome le 3 octobre 2017.

 

Renforcer les capacités des établissements de microfinance en milieu rural, telle est la finalité d’un don de 24.9 millions de dollars américains, équivalents à 43,716 milliards de FBU que le FIDA va octroyer au Burundi.

JPEG - 119.7 ko
Les Honorables Députés votant à main levée

C’est ce qu’a révélé jeudi 21 décembre 2017, au cours de son exposé des motifs, le Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage. Docteur Déo-Guide RUREMA s’exprimait en effet au cours de la séance plénière consacrée à l’analyse et adoption du Projet de loi portant Ratification par la République du Burundi de l’Accord de Don N˚2000001940 pour le Financement du Projet d’Appui d’Inclusion Financière Agricole et Rurale du Burundi (PAIFAR-B) entre la République du Burundi et le Fonds International de Développement Agricole (FIDA), signé à Rome le 3 octobre 2017 ; un Projet de loi qui a été au bout du compte voté à l’unanimité.

Ce Projet, a enchainé le Membre du Gouvernement, qui couvrira d’abord les provinces de Bubanza, Cibitoke, Gitega, Karusi, Kayanza et Muramvya, provinces couvertes par les projets et programmes financés par le FIDA, est appelé à s’étendre sur toute l’étendue du pays. L’Invité du jour fonde son espoir sur deux facteurs.

JPEG - 95.8 ko
Les Membres du Bureau de l’Assemblée Nationale votant à main lévée

D’abord, le Burundi sert de zone pilote ; ensuite la date d’achèvement du Projet est fixée au plus tard au septième anniversaire de la date d’entrée en vigueur de l’accord de don.

En analysant le tableau d’affectation des fonds, la Commission de l’Education de la Jeunesse, des Sports et Loisirs, de la Culture et de la Communication qui a été saisie au fond a remarqué que une anomalie. Les montants alloués à l’équipement et matériel, aux services de consultant, au don et subvention, aux salaires/indemnités et aux frais de fonctionnement sont en effet de loin supérieurs à ceux affectés à la ligne de crédit. N’y aurait-il pas moyen d’augmenter la ligne de crédit en ramenant à la baisse les montants alloués à ces services ?, a-t-elle proposé.

JPEG - 66.8 ko
Le Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage présentant son exposé des motifs

L’Envoyé du Gouvernement a reconnu ce déséquilibre. Comme il privilégie l’affectation de ces fonds pour l’intérêt de la population bénéficiaire, il a confié être en concertation avec le partenaire pour minimiser certaines lubriques comme celle des services de consultant, salaires et indemnités pour privilégier la ligne de crédit.



Assemblée Nationale du Burundi
URL de l'article: http://www.assemblee.bi/Analyse-et-adoption-du-Projet-de,1672