Imprimer cette page

Assemblée Nationale du Burundi

Analyse et adoption du Projet de loi Ratification par la République du Burundi de l’Accord de Don N˚D514-BI entre la République du Burundi et l’Association Internationale de Développement (IDA) au sujet du Financement du Projet relatif à la Petite Enfance et la Maîtrise Démographique « NKURIZA » signé à Bujumbura, le 19 septembre 2019

 

Une faculté qui formerait les nutritionnistes serait la bienvenue au Burundi, ont constaté les Députés en marge de l’analyse du Projet de loi Ratification par la République du Burundi de l’Accord de Don N˚D514-BI entre la République du Burundi et l’Association Internationale de Développement (IDA) au sujet du Financement du Projet relatif à la Petite Enfance et la Maîtrise Démographique « NKURIZA » signé à Bujumbura, le 19 septembre 2019, un Projet de loi qui a été adopté en fin de compte à l’unanimité lors de la séance plénière de mercredi 15 janvier 2020.

JPEG - 70.1 ko
Vue partielle des Honorables Députés en train de voter

Les productions agricoles variées sont enregistrées au Burundi, ont noté les Elus du peuple qui relayaient par ailleurs les propos du Ministre de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Elevage. Mais ce qui les pique au vif, c’est que la malnutrition sévit justement dans les régions réputées fertiles. A titre exemplatif, ils ont relevé le cas de la province de Cibitoke où les habitudes alimentaires répugnent la consommation des haricots et des légumes. La sensibilisation en alimentation équilibrée s’avère donc impérative, ont-ils déduit avant de proposer une collaboration étroite avec le ministère ayant en charge l’agriculture.

JPEG - 46.6 ko
Les Membres du Bureau de l’Assemblée Nationale en train de voter

Financé par un Don de la Banque Mondiale pour un montant équivalent à 30 millions de Dollars américains, a annoncé dans son exposé des motifs, le Ministre de la Santé publique et de la Lutte contre le Sida, ce Projet reflète la volonté du Gouvernement burundais de lutter contre les problèmes liés au retard de croissance et à la natalité. Les conséquences ne risquent-elles pas d’être le contraire des résultats escomptés, a craint une opinion qui a fondé son raisonnement sur le fait que le programme va plus entraîner une natalité galopante, étant donné que les familles sans progéniture ne seront pas concernées. Le Ministre Thaddée NDIKUMANA est plutôt confiant. Son Institution, a-t-il déclaré, va collaborer avec le FNUAP dans l’approvisionnement des contraceptifs et l’UNICEF en intrants nutritionnels.

A propos justement de ces intrants nutritionnels, les Députés en ont appelés à la vigilance. Dès l’annonce de ce Projet de loi, certains ne doutent pas que des commerçants ne claquent déjà les doigts. Le personnel médical est aussi à surveiller, ont-ils encore conseillé.

JPEG - 41.9 ko
Le Ministre de la santé publique et de la lutte contre le Sida présentant son exposé des motifs

Les Députés ont également voulu savoir les critères de choix des acteurs communautaires qui s’occuperont spécifiquement des questions de nutrition dans la communauté.

Le volontariat est le premier critère auquel s’ajoute la condition de savoir lire et écrire.

A côté de Bubanza et Cibitoke, ce programme s’étendra aussi sur Cankuzo, Makamba, Kirundo et Muyinga.



Assemblée Nationale du Burundi
URL de l'article: http://www.assemblee.bi/spip.php?article2137