Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Descentes à l’intérieur du pays

Le Premier Vice-Président de l’Assemblée nationale se soucie de la promotion des jeunes.

Publié vendredi 19 novembre 2021
parChristine Nahimana
JPEG - 1008.2 ko

Le manque de moyens financiers est un frein aux jeunes qui ont l’initiative de monter leur propre entreprise au lieu d’attendre d’être embauché par l’Etat. C’est une inquiétude soumise au Premier Vice-Président de l’Assemblée nationale lors d’une réunion tenue à l’endroit de la jeunesse de la commune de Gitega, le vendredi 16 juillet 2021 dans la salle de l’Ecole Paramédicale de Gitega.

Pour rappel, cette visite de l’Honorable Sabine Ntakarutimana cadre avec la mission de représentativité assignée aux Parlementaires. Le mois de juillet étant consacré aux vacances parlementaires, c’est leur moment privilégié d’approcher leur électorat. Elue dans la circonscription de Muyinga, la présence de l’Honorable Sabine Ntakarutimana en province de Gitega s’explique par le fait que les Parlementaires ont un mandat national et surtout par son titre de Membre du Bureau de l’Assemblée nationale.

Le Premier Vice-Président de l’Assemblée nationale a rappelé que la jeunesse est la force vive de la nation. Néanmoins, elle est confrontée à plusieurs défis. Il sied d’abord de les inventorier pour trouver ensuite les voies et moyens de les surmonter.

Parmi les défis se trouvent l’addiction aux réseaux sociaux qui, s’ils ne sont pas utilisés à bon escient, mènent tout droit à la délinquance et au fainéantisme. Un autre défi est que les jeunes naviguent dans le vide. Ils s’interrogent sur la finalité de leurs études, dans le sens qu’ils ne sont pas embauchés au terme de leurs études. L’ivresse, les drogues, l’attrait des biens matériels, les grossesses non désirés et les mariages précoces sont aussi les obstacles auxquels les jeunes sont confrontés.

JPEG - 728.4 ko

Que faire ? D’abord suivre les conseils prodigués par les parents, les professeurs et les autorités à différents échelons. Ensuite, les jeunes devraient poursuivre leurs études non pas dans l’objectif d’être embauchés par l’Etat mais dans la perspective de monter leurs propres entreprises. Utiliser aussi les TIC en toute âme et conscience. Développer l’esprit patriotique et être conscient que les jeunes doivent prendre en main leur avenir.

Au sujet de blocage des jeunes par le manque de moyens financiers, le dossier a été remis aux autorités administratives qui approcheront à leur tour la Banque des jeunes dont le siège se trouve à Gitega. Sinon, l’aspect de manque d’expérience qui pousse les jeunes à être réticents quand il s’agit de contracter un crédit n’est pas fondé. Une fois le projet présenté à la Banque, celle-ci l’analyse pour la rentabilité. Dans le cas positif, la banque n’hésite pas à octroyer le crédit.

Tout le monde s’est accordé pour dénoncer l’esprit d’exclusion qui s’enracine chez les jeunes.

Tout en reconnaissant que ce défi peut allonger la liste des obstacles auxquels font face les jeunes, l’Honorable Sabine Ntakarutimana a aussi conseillé le respect de la loi. S’il s’avère qu’une association risque de se disloquer à cause d’un seul individu marginal, le mieux est de l’écarter. Les liens d’affinité consolident également l’unité entre différents membres d’un même groupe. Si quelqu’un ne s’y retrouve pas, il est normal qu’il soit rejeté.

Paraphrasant Son Excellence monsieur le Président de la République qui démontre souvent comment un coq peut générer un bœuf, l’assemblée présente a été convaincue que la notion du temps tient aussi une place de choix dans la matérialisation de cette maxime. C’était une occasion d’appeler les jeunes à cultiver l’esprit de patience.

La théorie ne va pas de pair avec la pratique. Par manque de matériel adéquat, un lauréat de telle ou telle école, ne sait pas manipuler un outil qui était pourtant censé figurer parmi le matériel didactique.

Le Gouvernement responsable et laborieux est déjà au courant de cette disproportion. Il est donc à l’œuvre pour une voie de sortie.

Autre lieu, autre activité. Samedi 24 juillet 2021, le Premier Vice- Président de l’Assemblée nationale a honoré par sa présence au Stade de Mwaro un tournoi de country cross organisé sous le thème " Jeunesse de Mwaro, unissons-nous pour une paix durable". La compétition sponsorisée par la Bancobu, dans son volet " inoti", a aussi vu la participation du Gouverneur de la province de Mwaro, monsieur Gaspard Gasanzwe et Président de la Fédération d’Athlétisme au Burundi, monsieur Dieudonné Kwizera. Dans un premier temps, les candidats se sont disputés la course d’endurance sur une distance de 8Km, à partir de la localité de Fota jusqu’au Stade de Mwaro. Des prix composés d’une enveloppe ont été octroyés aux cinq premiers.

Selon les résultats proclamés, pour la catégorie des juniors, ils se sont succédés dans cet ordre décroissant :

- 1er  : Elvis Ntahomvukiye de Gisozi ;
- 2ème Richard Ntakarutimana de Gisozi ;
- 3ème Eddy Nzohabonayo de Gisozi ;
- 4ème Jean Marie Bigirimana de Rusaka ;
- 5ème Prudent Ndikuriya de Rusaka.

Pour la catégorie des séniors, Innocent Ndayikunda de Rusaka a été premier, suivi en 2ème position par Tatien Nsanzamahoro de Rusaka, ensuite par Stève Ndayikengurukiye de Rusaka, puis de Jean Marie Vianney Niyere de Kayokwe et enfin, par innocent Bukuru de Bisoro.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |